Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘Strength’

I feel haunted by Death

She entered into my life

When I was fourteen years old

And hasn’t ever left

I feel haunted by Death

She took my cousin when he was ten

She took my uncle and husband to my godmother

Who was also the father of my cousin

She took my grandmother

She took my husband’s father

She took my husband’s godmother

She has taken so many lives

Close to me and of people that I never met

I feel haunted by Death

She plants seeds of thought

That turn into ideas and feelings

Images that involve me and her

The thought that she may take me someday too

Sometimes I imagine how she would take my hand

And lure me into her home in the underworld

I feel haunted by Death

These ideas aren’t new

They’ve been around for years

I’ve never actually attempted

The temptations have stayed in my mind

Sometimes I tell others

And then they help me through it

I feel haunted by Death

I know that I have a lot to live for

I know that I am loved

I just got married

My new life is across the Atlantic in France

Don’t take this as a sign that I need professional help

I’m just sharing my feelings

I feel haunted by Death

But she won’t take me until I’m old and ready

death and the maiden

-Jenna

Read Full Post »

Happy Birthday to my beautiful mother!

 

Ever since childhood her strength has been tested

There must be more to life in the one she’s destined

Yet she gets up each morning, her soul rested

Embracing a new day

 

The world may not see her angel wings

But I see them when she smiles at the sky as her spirit sings

 

She challenges life’s struggles with sheer determination

And plans to conquer mountains piece by piece in deliberation

I look up to her with such proud admiration

As she climbs higher, little by little every day

 

The world may not see her angel wings

But I see them when she smiles at the sky as her spirit sings

 

Her faith and beliefs do not go unnoticed

Our trials can be conquered as she shows us

How to bloom despite adversity like a beautiful lotus

Each step of the way

 

The world may not see her angel wings

But I see them when she smiles at the sky as her spirit sings

angelwings

 

❤ Me

Read Full Post »

Faith and trust in women and relationships have a large impact on the plot and character development in William Shakespeare’s play, The Winter’s Tale. King Leontes of Sicilia and his queen, Hermione have a cooperative and successful partnership initially with his admiration of her wit and power of persuasion. Then the provocation of a handclasp between her and his childhood friend, King Polixenes of Bohemia, spirals Leontes into a pit of paranoia convinced Hermione is a treasonous adulteress. She maintains a steadfast conviction of her innocence during the trial and defends herself courageously until she faints upon hearing of her son’s death. In addition and perhaps more so, Hermione’s closest confidante and attendant Paulina shines forth as a strong figure throughout the play with the ability to influence and shape Leontes into a more sympathetic character.

From her strong entrance demanding to visit the queen in prison, Paulina is described as “a worthy lady, / And one who much I honor” (2.2.5-6) by the jailer. She is relentless and fierce in her defense of Hermione, constantly brainstorming new ideas to present to the king in an effort to make him see reason. No man is too powerful or privileged for her to stand up against. Well aware of her strengths, Paulina asserts, “I’ll use that tongue I have. If wit flow from’t / As boldness from my bosom, let’t not be doubted / I shall do good” (2.2.50-52). She has a firm understanding of the value of well-prepared words.

Leontes is incensed by Paulina’s unrelenting defense of Hermione and appeal to his heart by involving their newborn child he does not believe is his own. He is consumed by his false ideas so much that an oracle delegated from the gods has no truth or merit in his eyes. No one is willing to stand up against him except Paulina. It is she that reports Hermione’s death. She rails against him, shouting, “Thy tyranny, / Together working with thy jealousies / … O, think what they have done, / And then run mad indeed – stark mad! For all / Thy by-gone fooleries were but spices of it.” (3.2.179-180, 182-184). With her words, Paulina begins to incite Leontes’ guilt and reconsideration of his accusations.

Sixteen long years pass, and still Paulina remains by King Leontes’ side. Grief and pain have wracked him steadily.  Paulina maintains the strong voice of feminine reason, echoing and supporting the memory of Hermione in her counsel. As Leontes is being pressured to remarry, she asserts that no woman on earth could equal his late wife and requests the power to control who he would be with. His acquiescence is an indicator of how he has transformed over time in regaining respect for women. In an astonishing revelation, Paulina presents Hermione returned to life, and Leontes is overwhelmed with joy and surprise. Paulina replies wittily, “I like your silence, it the more shows off / Your wonder” (5.3.21-22). Her steadfast resolve to see justice fulfilled and honor restored make her an inspiration for all.

 

paulinawinterstale

Read Full Post »

Sometimes I wonder why I do what I do.

 

Is it worth it?

Is it worth the gossip?

Is it worth the weight?

Is it worth the hate?

Is it worth the frustration?

Is it worth the anger?

Is it worth the tears?

Is it worth the severance of ties?

Is it worth it?

 

What even is it, anyway?

 

I’ve thought about this so many times,

And the answers to all of those questions is

Yes.

 

Because I know that I am working towards a higher purpose.

I have goals in life that I have been dreaming about.

I have dreams that many would think impossible.

And I refuse to listen to the naysayers,

Those who say I can’t achieve what I aspire to.

 

I will.

 

And when I do,

All the people who doubted me will eat their words,

Swallow their jealousy,

And wish they had supported me from the beginning.

 

But I will pay no heed to their words of condescension,

Degradation,

Humiliation,

And everything negative

That only serves as poison

In an attempt to destroy myself.

 

I am more than just myself.

I am a dream.

I am an aspiration.

I am an ideal.

I represent everyone who desires to be someone greater.

I am you.

I am all.

I am.

 

62206630 (3)

 

❤ Me

Read Full Post »

La Force des Femmes

(I wrote this in December of 2010.)

 

Pendant des siècles, les femmes avaient fait des grands efforts pour gagner leur indépendance du corps et de l’esprit. Maintenant dans plusieurs pays, elles ont le droit de voter, de s’habiller dans les vêtements qu’elles choisissent, de travailler dehors de la maison, et même d’être chef d’une entreprise ou d’un pays. Les chemins de la vie pour elles deviennent plus ouverts chaque jour. Mais il y a des cultures où l’idée de la féminité est plus comme une malédiction de l’esclavage et de la possession. Les femmes ne sont pas regardées comme des vrais citoyens. Dans la société algérienne, les hommes ont tout le pouvoir et le statut d’importance. Les filles nées sont des fardeaux qui ne glorifient pas leur père. La maison est la place où elles doivent rester dociles pour faire le nettoyage, faire la cuisine, et ne causer pas des problèmes. Quand elles se sont mariées, les hommes les regardent comme les objets à être possédés pour donner le plaisir.  Dans le livre Cette fille-là par Maïssa Bey, il suit une jeune fille qui n’a pas de parents connus et qui est regardée comme folle par les citoyens moyens. Elle défie les idées traditionnelles de la femme et critique la société qui place ces restrictions. Pendant l’exploration d’elle-même, elle écrit des histoires des autres femmes qui sont rejetées par la société et cachées dans une maison des vieux. Bey crée une image des rôles des hommes violents et tyrannique sexuellement. Ils abandonnent les femmes dans leur vie. Mais il y a une faiblesse implicite dans les figures masculines que l’écrivaine suggère qui donne une force dans les femmes qui ont le courage de faire une confrontation avec eux et de trouver une liberté intérieure.

Dans le monde algérien, des hommes croient qu’ils ont le droit de se comporter avec les femmes comme ils veulent, spécifiquement avec la tyrannie et la violence. Le père de Fatima a douté sa pureté, et il a décidé de la tuer. « Parce qu’il jugeait, comme bien des pères en ce temps-là, qu’il disposait du droit inaliénable de disposer de sa vie à elle » (105-106). Elle est innocente de toutes ses accusations. Son père abuse sa mère aussi. « L’homme frappe de son pied les flancs de la femme qui ne laisse échapper aucun gémissement, aucun cri…se protéger le visage…Elle découvre alors ses bras et son visage, constellés d’une multitude de taches rosâtres, des brûlures » (109-110). À lui, les femmes sont une source d’obéissance complète. Mais pendant la nuit, la mère de Fatima défie son mari et trouve le courage de protéger ses filles et s’enfuir avec elles en cherchant de l’asile dans autres villages. Son instinct maternel est plus puissant que la domination d’un homme. Le père les cherche partout et les trouve après du temps. Il essaye de prendre Fatima, mais quelque chose inexplicable passe entre père et fille. Elle ose de le regarder dans ses yeux avec une force féroce.

Elle ne ressent ni appréhension, ni peur. Un détachement étrange. Elle le fixe. Elle capte son regard enfin. Tout disparaît autour d’elle…C’est cela, il fond sous ses yeux, sous la force de sa haine, de sa certitude à elle. Cette singulière force que donne une violente certitude, une violente douleur. Il ne peut plus bouger. (126)

 

Son père est absolument surpris par la puissance de certitude et la résistance dans sa fille. Fatima le rend troublé, et il quitte la maison que la mère et ses filles prennent le refuge. Les années d’endurance et l’exemple de la fortitude de sa mère donnent la liberté à Fatima des tyrans masculins.

Plusieurs femmes dans le livre sont abandonnées par les hommes dans leur vie. Yamina, une femme mariée, s’est réunie avec un homme de son passé avec qu’elle a joué pendant son enfance. Il est interdit dans la tradition islamique pour une femme d’être en compagnie d’un homme qui n’est pas son frère, son père, son fils, ou son mari. La force du désir est trop forte, et ils risquent tout pour être ensemble. « On ne regarde pas impunément la femme d’un autre, surtout lorsqu’on est invité dans sa maison. Tous deux savent que trahir la confiance et l’hospitalité est la pire des trahisons… elle s’expose aux punitions les plus terribles » (Bey 79).  Elle échappe de la maison et se rencontre avec son amant pour s’enfuir ensemble. Malheureusement, il l’a abandonnée pour se marier avec une autre femme. Yamina n’est pas défaite et trouve le courage de continuer avec sa vie et recherche l’amour avec les autres. Une autre femme dans le livre est M’Barka, qui laisse tout ce qu’elle connait pour suivre un homme à son pays et se marier avec lui. Elle sent très différente et seule dans ce nouveau monde sans ami. Les femmes la regardent comme une étrangère. Après du temps, une jeune et belle veuve, Hawa, entre la vie du couple. M’Barka fait confiance en sa nouvelle amie, et quand elle devient dangereusement malade, Hawa reste dans leur maison pour soigner d’elle. Le mari de M’Barka ne peut pas résister sa charme et le contraste entre sa femme frêle et petite et cette autre femme vivide et voluptueuse. « Le désir qu’il a de cette femme ne le quitte plus. Subjugué, il ne voit plus dans l’autre – celle qui gît fiévreuse et sans force dans un coin de la chambre – qu’une ombre qui fait naître en lui un malaise. La vie est là, tout prés de lui, qu’il pourrait saisir à pleines mains… » (186). Il cède à sa faiblesse de la vigueur et oublie sa femme pour se coucher avec Hawa. M’Barka recouvre, se lève, et les trouve ensemble. Elle a l’opportunité à jeter un maléfice sur Hawa avec la vengeance, mais elle refuse de réagir en colère. La force de sa dignité est très admirable, amplifiée par la faiblesse de l’homme. M’Barka choisit une nouvelle indépendance et partir la situation, embarquant pour une meilleure vie. Malika, le personnage principal, n’a jamais connu son père. Il l’a abandonnée depuis sa naissance. Elle pense à lui avec l’amertume, un homme « qui n’est rien d’autre qu’un géniteur. Au sens génésique du mot, uniquement. » Elle dit, « Une part de lui est en moi. ADN, chromosomes, et toutes ces saloperies qu’on a baptisées ‘patrimoine génétique.’ Une partie de moi vient de lui, la moitié la plus sombre, la plus inavouable sans nul doute. Et je n’y peux rien. » (129). Il est responsable pour ses faiblesses. Pour toute sa vie, elle cherche une idée d’une vraie famille. Mais sans père, Malika trouve l’indépendance d’explorer le monde et formuler ses croyances de la vie sans limites. Son monde n’est pas réduit par les hommes.

Le droit de possession est une croyance forte dans les hommes dans cette culture. Le corps d’une femme est traité comme un objet à utiliser pour seulement le plaisir d’un homme. Malika a la honte quand elle pense de sa féminité à cause de ses souffrances avec son père adoptif qui l’a molestée et violée. Son sommeil est toujours affecté par les moments traumatiques dans son passé qu’elle prend les mesures pour la protection dans le pensionnat. « Chaque nuit, avant de dormir, sous les regards moqueurs de mes compagnes de chambre, je fermais la porte à double tour. Puis je tirais la vieille commode… et l’installais devant la porte. Protection dérisoire. Illusoire » (193). Ses mémoires la fréquentent. Elle ne connait pas le vrai amour, donc elle cherche le plaisir pour essayer de remplir le vide dans sa vie. Une femme dans le pensionnat la donne le plaisir. « Au centre de mon corps naît un battement sourd et lointain, une rumeur qui s’exaspère et me délabre…La peur, la peur lentement me quitte…C’est ce goût qui s’est substitué à un autre, qui a effacé les visions terribles et terrifiantes, le souvenir de l’homme au visage rouge et grimaçant qui me poursuivait au cœur de chaque nuit » (136-137). Elle trouve la sensualité et le désir avec les hommes dans la rue. Les prostitues qu’elle regarde sont une source de l’inspiration de trouver une liberté dans elle-même.  Elles ont « cette force indomptable attisée par le désir de rompre les chaînes, d’aller au-delà d’une vie promise à d’autres contraintes, d’autres humiliations plus acceptables parce qu’inscrites dans sa destinée de femme… » (66). Malika les admire et leur courage et leur force de trouver une vie dehors des restrictions de la société. Elles l’inspirent de jeter ses peurs et ses tourments sur le vent et accepte le pouvoir dans elle d’être forte et courageuse dans un monde dominé par les hommes.

Dans la maison des vieux, on voit un autre coté très différent dehors du monde masculin.

Les hommes ici sont souvent silencieux, effacés. Ils ont perdu…leur jeunesse, leur puissance…leur respect que tout homme doit inspirer instinctivement à toutes les femmes…ils ne sont plus maintenant que des êtres pitoyables…Parce que trop dépendants…des femmes qu’ils ont domestiquées, ils sont à présent totalement incapables de se prendre en charge (133).

 

Maintenant les femmes règnent dans leurs vieilles vies. Elles trouvent un bonheur dans cette maison sans limitations des hommes-là. Il y a une liberté des mémoires de la camaraderie des femmes que les hommes ne peuvent pas comprendre. Sans elles, le monde que les hommes connait n’existe pas. Bey, l’écrivaine de Cette fille-là, partage les histoires des femmes qui survivent le monde de l’oppression et la domination des hommes. On ne peut jamais effacer l’inspiration de la liberté dans les cœurs des femmes qui reste toujours dedans avec l’espoir.

 

algerianwoman

 

-Moi

Read Full Post »

Go Away

First of all
Under no
Circumstances will you be able to
Know how I’ve been feeling this past year.

You think you can just try an intimidation tactic like that?
Oh, I forgot how concerned with your reputation you are. Back off
Until you disappear from my life again, please…

20120921-123811.jpg

-Me

Read Full Post »