Feeds:
Posts
Comments

Archive for November 12th, 2012

I recorded these two videos today. I’m really going through a tough time, emotionally, and I’m trying my best to utilize it for creative gain.

 

-Me

Read Full Post »

The Fountain raconte le combat à travers les âges d’un homme pour sauver la femme qu’il aime.
Espagne, XVIe siècle. Le conquistador Tomas part en quête de la légendaire Fontaine de jouvence, censée offrir l’immortalité.
Aujourd’hui. Un scientifique nommé Tommy Creo cherche désespérément le traitement capable de guérir le cancer qui ronge son épouse, Izzi.
Au XXVIe siècle, Tom, un astronaute, voyage à travers l’espace et prend peu à peu conscience des mystères qui le hantent depuis un millénaire.
Les trois histoires convergent vers une seule et même vérité, quand les Thomas des trois époques – le guerrier, le scientifique et l’explorateur – parviennent enfin à trouver la paix face à la vie, l’amour, la mort et la renaissance.

 

 

The Fountain est un objet farouchement singulier mais jamais déroutant. Une quête existentielle (rien que ça). On ne sait pas ce qu’a vécu Aronofsky ces dernières années, mais la maturité et la puissance sourde qui émanent de son cinéma sont juste inouïes.Que le film ait mis six ans à voir le jour n’a rien d’étonnant. Son allergie aux conventions et son ambition aveugle risquent de laisser une majorité du grand public sur le carreau… Qui se privera d’une des œuvres les plus fascinantes à avoir foulé les salles depuis très longtemps.

 

Aucun repère dans le temps ni dans l’espace ,ce film jongle entre passé , présent et avenir , dès le début on voit un homme tourmenté par le souvenir d’une femme , et d’un choix qu’il doit réaliser . Enchevêtrement entre la réalité , la fiction , c’est le livre qu’Yzze écrit qui est l’élément central de l’histoire . Enchevêtrement du mythe de la création maya et de l’immortalité . Le début est lent , on a du mal à rentrer dedans , se n’est qu’à la moitié du film que la quête du héros est révélée , et qui prend son sens à la fin .

 

Très loin de son Requiem For A Dream, Darren Aronofsky confirme son statut de réalisateur pas comme les autres. Ici il délivre une épopée magnifique en 3 temps (amour, vie, mort) sur 3 époques. Le résultat est esthétiquement renversant et l’histoire très poétique. Enveloppé d’une aura mystérieuse, The Fountain, qui n’a pas très bien marché au cinéma et en dvd, a tout pour devenir un des cultes du 7e art.

 

Derek Aranofsky fait partie des rares “artistes” du cinéma hollywoodien, la chose est indéniable. Son nouvel opus “the fountain” témoigne d’une ambition et d’un sens du visuel rares et précieux. Ceci posé, peut-on prendre au sérieux son nouveau film qui brasse les époques allègrement et pose la question du “sens de la mort”, rien de moins. Foutage de gueule ou oeuvre visionnaire ? La question se pose et laisse perplexe. Avec la drôle d’impression de regarder une nouvelle version du 2001 de Kubrick, qui n’est pas pour autant plus moderne et pertinente que l’originale

 

Visuellement parlant : “the Fountain” est déjà un chef-d’oeuvre, la prestation des différents acteurs (Hugh Jackman, Rachel Weisz et aussi tous les rôles secondaires) confirme ce chef-d’oeuvre, la musique exceptionnelle de Clint Mansell renforce ce chef-d’oeuvre. Bref tout ce qui est autour du film est une merveille mais l’histoire en elle-même est très bien par son intelligence et par son incompréhensibilité. On ne comprend pas tout de suite les détails ou les pièces maîtresses du film mais plus ou moins longtemps après des solutions se présentent à nous. Ce film nous apprend également à faire des interprétations très personnelles et souvent inexplicables. Enfin bon, du grand Darren Aronofsky, un immense chef-d’oeuvre à voir absolument quand on s’y sent prêt.

 

Pour ceux qui aiment etre surpris, derangés. Ce film est une enigme. On se laisse prendre et surprendre. On se questionne. Un film qui prend les spectateurs pour des gens intelligents et qui leur proposent autre chose que de la bouillie de mc do premachée, c’est assez rare pour être salué. Chacun y verra ce qui le touche personnellement. Film sur l’amour eternel, sur le renoncement , sur le deuil…Allez savoir ! Peut etre faut-il le voir plusieurs fois pour trouver des reponses.

 

Voilà le film le plus déroutant que j’ai vu cette année. Je déteste les films complentatatifs où l’on ne comprend rien du début à la fin, donc The Fountain est tout le contraire. Un film envoutant sur l’acceptation de la mort, à la fois par l’histoire originale et des images incroyables mais aussi par une musique captivante, car normalement je ne fait pas vraiment attention à la BO mais ici elle vous cloue à votre siège. Par contre je ne sais pas si le rendu en DVD sera aussi époustouflant, à part si pour les plus chanceux vous avez un home cinema.

 

 

❤ Moi

Read Full Post »